Vous êtes entrepreneur.e ? 03 51 83 70 03

FiscalitéPourquoi il n’y a pas de formule magique

Olivier Sanchez

Pour le chef d’entreprise, la fiscalité est à la fois redoutée et source des montages les plus fascinants. Elle peut donner lieu aux plus astucieuses organisations comme aux erreurs les plus conséquentes. Alléger cotisations et impôts en toute légalité requiert une analyse globale et simultanée de vos situations professionnelles et personnelles, réalisée par une équipe aux expertises complémentaires.

Comment ne pas payer trop d’impôts ?

Apprivoiser les sujets fiscaux demande des années d’études spécifiques, et, pour le dirigeant, leurs contours sont complexes à déterminer et relèvent à la fois de la vie privée et de celle de l’entreprise.

Si le fait de payer le juste impôt est parfaitement légitime, ce qui l’est tout autant est de choisir les bonnes options fiscales au regard de vos besoins, de votre situation, de vos ressources, et, évidemment, de vos objectifs.

Une fois le cap fixé, il faut identifier tous les aspects de votre situation : ce qui a été fait ou reste à faire en termes de retraite, de protection sociale et de prévoyance ; les ressources existantes au sein de l’activité qui génère les revenus ; ce qu’il est possible de faire et quels leviers activer… Tous ces paramètres, y compris le patrimoine déjà existant, dessineront un paysage d’ensemble dans lequel évoluer et tracer un chemin qui vous correspond.

Ainsi, la fiscalité n’est plus un obstacle, plutôt une carte permettant d’aller d’un lieu à un autre, et de choisir la route que vous préférez pour faire le voyage. Autoroute, voie rapide ou nationale bucolique, à vous de choisir le trajet qui vous correspond pour atteindre votre destination.

C’est justement le rôle de votre conseiller que de vous éclairer sur les parcours possibles, de votre point de départ à votre point d’arrivé. Encore faut-il bien le choisir…

Fuyez les promesses de systèmes parfaits 

Foisonnante, complexe, abstraite, au langage accessible aux seuls initiés, la fiscalité prête le flanc à toutes les croyances. Y compris chez ceux qui la pratiquent : nombreux sont les experts-comptables, avocats, notaires, CGP à fonctionner sous le régime de l’opinion ou de la conviction. Affirmant en termes complexes et « pompeux » qu’il vaut mieux faire ceci plutôt que cela, un certain nombre d’entre eux, par exemple, ne jurent que par les sociétés civiles immobilières à impôt sur les sociétés quand d’autres ne privilégient que celles à impôt sur le revenu.

Cette opposition basique n’a pourtant aucun intérêt. Ces préconisations dogmatiques causent des dégâts parfois visibles mais, malheureusement, le plus souvent invisibles. Le client peut même en payer les pots cassés sans en avoir conscience. Et à la perte financière s’adjoint la perte de confiance envers une profession où semble régner la domination des techniciens.

Comment choisir votre partenaire fiscal ?

Alors, bien sûr, l’expertise technique de votre conseiller est essentielle. Mais celle-ci doit, afin de bien décider à qui vous aller confier vos intérêts, deux autres critères fondamentaux : la pédagogie et l’empathie.

L’empathie est en réalité la qualité première à rechercher. Si le conseiller à la capacité de se mettre à votre place, il utilise mieux ses compétences techniques pour vous proposer la solution la plus adaptée, quand bien même celle-ci ne serait pas la plus parfaite sur le plan technique ou fiscal. C’est crucial.

La pédagogie est un critère précieux, car c’est celui qui vous fait grandir en tant que chef d’entreprise. Plus vous comprenez les actions menées, plus vous les intégrez dans vos réflexions et plus vous pouvez mettre en place les meilleures stratégies : celles qui vous correspondent spécifiquement. Par ailleurs, une bonne compréhension des actions menées permet de mieux les accepter et d’éviter contrariétés et malentendus.

La technicité, enfin, reste bien sûr primordiale, mais c’est sans doute le plus difficile à appréhender si vous ne la maîtrisez pas. L’astuce est justement la pédagogie. En clair, un bon technicien doit maîtriser si bien son sujet qu’il est à la fois capable de vous l’expliquer, de vous démontrer en quoi c’est la bonne solution pour vous et, enfin, de répondre à toutes vos questions, même les plus incongrues. Des réponses qui vont au-delà des chiffres en précisant aussi les conséquences pratiques. Pour un bon technicien, la fiscalité s’explique simplement !

Une fois que vous avez trouvé le bon conseiller, il y a évidemment des règles basiques complémentaires, comme la réactivité, le sérieux et le respect des engagements comme dans toutes vos relations avec vos partenaires.

Le prix est aussi un critère, mais, au final, un bon conseiller est toujours plus une source de gain qu’une simple charge.

Un premier rendez-vous pour faire connaissance

C’est pour toutes ces raisons qu’Atome 47 vous propose un premier échange et diagnostic gratuit.

Vous pourrez ainsi évaluer nos qualités en termes de pédagogie et d’empathie mais également nos compétences, et nous poser toutes les questions que vous souhaitez.

Grâce à un audit global multi – compétences, Atome 47 est en capacité de tenir compte de tous les aspects de votre paysage pour vous conseiller et vous conduire sur le meilleur des chemins à long terme.

Partagez sur

RémunérationRetraite
tchat
02 octobre 2022

N'hésitez pas à nous contacter, le premier rendez-vous est gratuit !